Dossier santé

Haro sur les troubles digestifs !

Le 16 mars 2016

  • Femme souffrant du mal de mer sur le pont d'un bateau

Rien de tel que les nausées, la diarrhée et/ou les vomissements pour gâcher vos vacances ! Pour en venir à bout, il faut en connaître la cause. Petit tour d’horizon des principaux troubles digestifs typiques de l'été.

Le mal des transports

Causes ?

Sur terre, sur mer ou dans les airs, un certain nombre de personnes souffrent de cinétose, le mal de transport. Il s’agit d’un problème d’équilibre qui résulte d’un conflit entre les sens. Exemple : vous êtes à l’arrière d’une voiture et vous lisez. Vos yeux sont fixés sur le texte et vous êtes immobile, mais votre oreille interne sent bien que vous êtes en mouvement. C’est ce conflit sensoriel qui provoque nausées, vomissements, vertiges, transpiration excessive et maux de tête. En règle générale, ces symptômes ne durent que le temps du trajet, mais certaines personnes peuvent se sentir mal plusieurs heures plus tard.

Solution ?

Il existe plusieurs produits contre le mal des transports, en vente libre en pharmacie : roller aux huiles essentielles, granules homéopathiques et produits à base de plantes. Pendant le trajet, évitez de lire, de pianoter sur votre smartphone ou de regarder un film. Mieux vaut fixer l’horizon, si possible en vous installant à l’avant du véhicule. Si c’est possible, respirez de l’air frais. Et écoutez de la musique via des écouteurs : cela en soulage certains.

Peut-on l'éviter ?

Outre des traitements préventifs contre le mal des transports, évitez de boire de l’alcool ainsi que de manger gras et copieux avant le trajet.

 

 

Turista et intoxication alimentaire

Causes ?

La diarrhée du voyageur, plus connue sous le nom de turista, est une forme de gastro-entérite qui touche jusqu’à 30 % des voyageurs dans certains pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Elle peut être d’origine virale, bactérienne ou, plus rarement, parasitaire. Lorsque des micro-organismes pathogènes sont présents dans la nourriture (fruits de mer ou champignons, par exemple) ou dans une boisson, on parle plutôt d’intoxication alimentaire. Dans les deux cas, la maladie se manifeste principalement par une diarrhée et des crampes abdominales qui durent quelques jours. Dans ses formes les plus sévères, ces symptômes peuvent s’accompagner de fièvre et/ou de vomissements.

Solutions ?

Turista ou intoxication alimentaire, il n’y a pas grand-chose à faire… à part attendre que cela passe ! Le plus important est de boire suffisamment. En effet, la diarrhée, combinée à la transpiration, provoque d’importantes pertes d’eau et de sels minéraux. Il faut également continuer à manger. Privilégiez les légumes et fruits cuits ainsi que les féculents blancs comme le riz et les biscottes. Pas de graisses ni d’aliments crus ! Un médicament antidiarrhéique peut également être indiqué et certains probiotiques peuvent légèrement diminuer la durée et l’intensité des diarrhées.

Peut-on l'éviter ?

Dans une certaine mesure, oui. Les Anglo-Saxons l’ont résumé en une formule : « Boil it, cook it, peel it or forget it ! » (Ce qui peut se traduire par « Fais-le bouillir, cuisine-le, pèle-le ou oublie-le !) En d ’autres termes, évitez les aliments crus ou insuffisamment cuits (viandes, poissons, crudités, etc.) et pelez les fruits et légumes qui peuvent l’être.Méfiez-vous des produits surgelés dans les pays où la chaîne du froid n’est pas optimale. Côté boissons, ne buvez que des liquides en bouteille scellée ou en canette, ou de l’eau qui a été bouillie ou désinfectée avec des comprimés chlorés (en vente en pharmacie). Idem pour le brossage des dents. Et évitez les glaçons ! Dans tous les cas, si vos symptômes ne s’améliorent pas au bout de 3-4 jours, s’ils s’aggravent ou si de nouveaux signes apparaissent (fièvre, sang dans les selles, etc.), consultez toujours un médecin.

  • Plat de crustacés et coquillages

Vers le haut

 

Vomissements et diarrhées :
Aussi désagréables soient-ils, les vomissements et la diarrhée sont deux mécanismes de défense de notre corps. Embêté par des micro-organismes pathogènes, ce dernier cherche à les expulser le plus vite possible, soit par « en haut », soit par « en bas ». Il n’est donc pas toujours judicieux de chercher à tout prix à empêcher vomissements et diarrhée, pas tout de suite, en tout cas. Laissez passer au moins 24 heures avant de prendre un médicament antiémétique (contre les nausées) ou antidiarrhéique.

 

 

L'indigestion

Causes ?

Après un repas trop copieux, trop lourd et/ou trop gras, il se peut que votre système digestif ne suive plus. Sensation de lourdeur, nausées… et vomissements quand votre estomac se contracte pour expulser le trop-plein de nourriture. L’indigestion (qui porte bien son nom !) ne dure que quelques heures et ne s’accompagne d’aucun autre symptôme.

Solution ?

Buvez de l’eau pétillante, laissez faire la nature… et soyez plus modéré(e) la prochaine fois !

Peut-on l'éviter?

Oui, en cessant de manger dès que vous avez atteint un sentiment de satiété. Celui-ci se reconnaît au fait que vous ne prenez plus autant de plaisir à manger qu’au début du repas, lors des premières bouchées.

 

Constipé(e) ?
Médicalement parlant, on parle de constipation lorsqu’une personne va à selles moins de trois fois par semaine. Si ce phénomène dure plus de six semaines, il convient de consulter. Mais il arrive à tout le monde d’être constipé de temps en temps, notamment pendant les vacances, sans doute à cause du changement d’habitude. Afin d’améliorer votre transit, mangez davantage d’aliments riches en fibres : féculents complets, pruneaux, lentilles, etc. Si cela ne suffit pas à « relancer la machine », vous pouvez prendre un laxatif, en veillant à ne pas dépasser la dose recommandée. Demandez conseil à votre pharmacien !

Vers le haut