Dossier santé

Lorsque la diarrhée aiguë gâche les joies de l'été

Le 28 avril 2016

  • Femme assise sur une plage souffrant de crampes aux intestins

Certaines personnes souffrent de divers symptômes lorsqu’elles consomment tel ou tel aliment. S’agit-il d’une allergie alimentaire, d’une intolérance, d’une maladie ou encore d’une pseudo-allergie ? Mieux vaut le savoir, car les traitements ne sont pas les mêmes !

Les plaisirs de la vie que nous associons généralement à l’été (chaudes soirées, voyages, barbecues...) peuvent être sérieusement gâchés par des inconforts gastro-intestinaux. Plusieurs germes pathogènes peuvent être à l’origine de diarrhées. Dans nos contrées, les virus sont le plus souvent en cause, suivis par les bactéries et – dans une moindre mesure – les parasites. Cet équilibre est sujet à un certain glissement durant l’été. 

La diarrhée estivale dans nos régions

Dans nos régions, en été comme en hiver, il est possible d’attraper une « grippe intestinale ». Il s’agit d’une maladie souvent d'origine virale, dont les symptômes sont des douleurs abdominales d’intensité variable, associées à des diarrhées, de la fatigue, une diminution de l’appétit et parfois des vomissements et de la fièvre. En cas d’intoxication alimentaire, la contamination est le plus souvent d’origine bactérienne. Les médias évoquent même de temps en temps la présence de salmonelles. Les symptômes peuvent être similaires à ceux de la « grippe intestinale », mais ils peuvent également être plus sévères : on peut noter la présence de sang et de mucus dans les selles et une fièvre plus élevée. Une faille dans la chaîne du froid ou un défaut de réfrigération des aliments sont susceptibles de provoquer une telle intoxication alimentaire.

 

Quelques conseils :

  • Conservez les aliments refroidis au réfrigérateur et réchauffez suffisamment les plats.
  • Il est préférable que les plats de viandes grillées, les salades et les sauces ne restent pas au soleil.
  • Mieux vaut décongeler les aliments au réfrigérateur.
  • Une cuisson suffisamment longue permet de détruire bon nombre de bactéries.

 

 

Vers le haut

La diarrhée du voyageur

En cas de « turista » (diarrhée du voyageur), la contribution de certaines bactéries, voire de parasites, est plus importante. Souvent, les germes pathogènes sont transmis par des aliments et/ ou des boissons contaminés.

Quelques conseils à l'étranger :

  • Veillez à une bonne hygiène ! Lavez-vous régulièrement les mains à l’eau et au savon, et séchez-les avec une serviette propre.
  • Faites attention à ce que vous mangez. Une règle pratique : « cook it, boil it, peel it or forget it ». (Faites le cuire, faites le bouillir, pelez-le ou oubliez-le)
  • Faites attention à ce que vous buvez. Préférez l’eau en bouteille, y compris pour vous brosser les dents.
  • N’utilisez pas de glaçons, sauf s’ils ont été fabriqués avec de l’eau pure.

 

 

La diarrhée et la déshydratation

Un danger potentiel de la diarrhée, surtout chez les enfantsréside dans la déshydratation. En cas de diarrhées aqueuses abondantes, la perte hydrique doit être compensée en donnant à l’enfant des liquides enrichis en sel et de sucre. Emportez une solution de réhydratation orale dans vos bagages (en vente en pharmacie).

Faut-il consulter un médecin, à quel moment ?

Il devient nécessaire de consulter un médecin :

  • En cas de présence de sang et de mucus dans les selles
  • En cas de fièvre élevée (> 39 °C)
  • En cas de vomissements persistants, et si l’enfant ne boit plus
  • Si la diarrhée dure plus de deux jours
  • En cas de signes de déshydratation (bouche et langue sèches, yeux enfoncés, production d’urine diminuée ou absente, pleurs sans larmes)

Les traitements médicamenteux

Chez les enfants de moins de 6 ans, la prudence est de rigueur lors de l’utilisation de médicaments qui ralentissent le transit intestinal. Votre médecin ou votre pharmacien vous conseillera à ce sujet. La diarrhée est en réalité un mécanisme de défense naturel de l’organisme, qui essaie ainsi de se débarrasser de l’agent pathogène. Stopper la diarrhée sans soigner l’intestin n’est donc pas une bonne solution. Un médicament anti-diarrhéique à base de levures (Saccharomyces boulardii) favorise la guérison. Il peut s’avérer utile dans le cadre du traitement d’une diarrhée infectieuse aiguë de l’enfant, et ce, quelle que soit la cause (virus, bactérie ou parasite). Il est bien toléré. L’utilité des antibiotiques est très relative, excepté en cas de diarrhée très sévère.