Dossier santé

Focus sur les infections urinaires

Le 15 avril 2016

  • Femme se tenant le bas-ventre

Envies pressantes, picotements, urines troubles, impression que cela brûle quand on urine… C’est probablement une cystite ! Plus de la moitié des femmes connaîtront au moins une fois dans leur vie cette inflammation de la vessie. Essayons d'en apprendre plus sur cette inflammation avec ce vrai/faux.

Les hommes souffrent autant de cystite que les femmes

FAUX

Si la cystite est rare chez l’homme et commune chez la femme, c’est pour des raisons essentiellement anatomiques. Alors que l’urètre (le conduit par lequel s’évacue l’urine et qui relie la vessie à l’extérieur du corps) mesure une quinzaine de centimètres chez ces messieurs, il ne fait que 3 cm chez ces dames. Et il se situe à proximité de l’anus et du vagin où se trouvent naturellement nombre de bactéries. Celles-ci atteignent et remontent donc beaucoup plus facilement dans l’urètre jusqu’à la vessie.

Nouvel amoureux = risque accru de cystite !

VRAI

Le début des rapports sexuels avec un nouveau partenaire est une période à risque, car le sexe de la femme entre en contact avec certaines bactéries naturellement présentes sur le pubis de son compagnon. Raison pour laquelle ces infections urinaires-là sont poétiquement surnommées « cystites de la lune de miel »…

Vers le haut

Se retenir d’uriner favorise les cystites

VRAI

Faire pipi, c’est un peu comme tirer la chasse d’eau dans les toilettes ; ça évacue les déchets ! Non seulement il faut boire suffisamment pour faire fonctionner la « chasse » urinaire, mais il faut aussi « faire vidange » dès que l’envie d’uriner vous prend ! Surtout, ne vous retenez pas, car les bactéries éventuellement présentes dans la vessie pourraient profiter de cet environnement d’« urines stagnantes » pour proliférer…

Mal s’essuyer aux toilettes peut causer une cystite

VRAI

L’une des causes les plus fréquentes de cystite est une mauvaise hygiène intime. Si vous vous essuyez avec le papier toilette de l’arrière (côté anus) vers le vagin, vous risquez de mettre en contact les bactéries d’origine anale avec l’entrée de votre urètre… Mesdames, veillez donc à vous essuyer de l’avant (côté vagin) vers l’arrière et apprenez aux petites filles de votre entourage à en faire autant.

Hormones et cystite n’ont rien à voir…

FAUX

Bien que la cystite soit une inflammation d’origine bactérienne, le climat hormonal a aussi une influence… En effet, lors d’une grossesse et surtout lors de la ménopause, la flore vaginale est souvent déséquilibrée par les modifications hormonales et certains germes s’y développent plus volontiers. Leur proximité « géographique » avec l’urètre leur permet facilement de l’atteindre et de le coloniser.

Toutes les femmes ne sont pas égales devant la cystite

VRAI

Certaines femmes font régulièrement des cystites alors que d’autres n’en auront jamais. Outre l’hygiène et le mode de vie, d’autres facteurs peuvent favoriser des cystites fréquentes : l’anatomie propre à chaque femme (un urètre particulièrement court, par exemple), une prédisposition familiale, un système immunitaire diminué, une anomalie du système urinaire (comme un calcul rénal), la constipation, etc.

Quels médicaments prendre ?
En cas de suspicion, le médecin demande une analyse d'urine qui, seule, peut confirmer le diagnostic.

  • En attendant, vous pouvez prendre des antidouleurs et un médicament à base de busserole (phytothérapie), un antiseptique urinaire qui, dans la majorité des cas, suffit à traiter l’infection.
  • Les antibiotiques ne sont envisagés et prescrits par le médecin qu’en second recours.
  • Quant à la canneberge (cranberry), elle semble avoir une certaine efficacité pour prévenir la cystite, mais ne la guérit pas ! Elle est régulièrement utilisée dans la prévention des infections urinaires. Demandez conseil à votre pharmacien.

Vers le haut