Dossier santé

Quand la migraine vous prend la tête

Le 09 mars 2016

  • Femme souffrant de migraine et se tenant les tempes

La migraine touche entre 8 et 12 % de la population. Cette maladie représente souvent un handicap pour ceux qui en souffrent. À l’occasion de la Journée mondiale contre la douleur, le 17 octobre, intéressons-nous à ce mal de tête très particulier. Essayons d'en apprendre plus sur cette maladie avec ce vrai-faux.

La migraine est un mal comme tous les autres

FAUX

Tous les maux de tête ne sont pas des migraines ! En fait, la migraine se différencie par l’intensité des douleurs et le handicap qu’elle représente au quotidien. Souvent, la douleur est unilatérale (d’un seul côté), pulsatile (la personne migraineuse a l’impression que son coeur cogne dans sa tête) et, sans traitement, dure entre 4 et 24 heures, parfois plus. La douleur s’aggrave en cas de mouvements. La première migraine survient généralement avant 40 ans. La fréquence des crises varie d’une personne à l’autre. Les unes ne présentent qu’un ou deux épisodes par an tandis que d’autres ont plusieurs migraines chaque semaine.

La migraine provoque d'autres symptômes que la douleur dans ma tête

VRAI

La migraine s’accompagne souvent d’autres symptômes : intolérance à la lumière, au bruit et/ou aux odeurs, nausées, voire vomissements. 20 à 30 pourcents des migraineux voient la crise être précédée de symptômes neurologiques parfois très impressionnants : scintillements, étoiles et autres zigzags dans le champ de vision, perte complète de la moitié du champ visuel, picotements dans le visage et/ou les doigts, etc. Ces symptômes sont appelés « aura » et se développent dans l’heure précédant l’arrivée de la douleur.

Vers le haut

La migraine est une maladie de femme

FAUX

S’il est vrai qu’elle touche trois à quatre fois plus les femmes, la migraine n’épargne pas les hommes : entre 4 et 6 % de ces messieurs en souffrent également. Cette différence entre les sexes s’expliquerait par le contexte hormonal. En effet, la plupart des femmes migraineuses voient les crises arriver au moment ou à la fin de leurs règles. De même, dans 70 % des cas, la fréquence des migraines diminue, voire disparaît pendant une grossesse.

Certains aliments peuvent déclencher une migraine

VRAI

Les personnes migraineuses rapportent souvent l’arrivée d’une crise suite à l’absorption de certains aliments : chocolat, alcool, graisses cuites, agrumes, fromages, etc. Mais d’autres facteurs favorisent la survenue des migraines : le stress, la fatigue, un repas sauté, une grasse matinée, un voyage, etc. Heureusement, aucun migraineux ne réagit à tous ses facteurs ! Il appartient à chacun d’identifier ceux auxquels il est sensible, afin, si possible, de les éviter.

Antidouleurs, gare à l'accoutumance

L’abus chronique de certains antidouleurs, notamment ceux à base de codéine et de ses dérivés, est fréquent chez les personnes qui souffrent régulièrement de maux de tête ou de migraines. Or, la prise excessive de ces médicaments (plus de deux fois par semaine) peut provoquer une accoutumance qui oblige le (pseudo) migraineux à augmenter les doses pour obtenir le même effet. Pire, la fréquence des crises peut augmenter ! Il est donc essentiel de respecter la posologie.
N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien ou à 
consulter votre médecin traitant au sujet de vos maux de tête : en établissant le diagnostic de migraine, il pourra vous prescrire le traitement le plus adapté… en tout sécurité.

Vers le haut