Dossier santé

Un bon dos au quotidien

Le 16 mars 2016

  • Kinésithérapeute montrant l'alignement d'une colonne vertébrale à une patiente

Après quatre millions d’années, l’homme n’est toujours pas parfaitement adapté à sa position verticale. La preuve : 60 à 80 % des adultes souffriront de lombalgie (la lombalgie est un terme médical pour désigner les douleurs dans le bas du dos, plus précisément au niveau des lombairesau cours de leur vie active. Comment bien agir ou réagir ? Par ce vrai faux, essayons de couper court aux idées reçues et découvrons ce qui peut réellement nous aider à soulager notre dos et à améliorer notre position au quotidien.

 

 

Aller consulter un kinésithérapeute est le premier réflexe à avoir quand on a mal au dos ?

FAUX

Pour aller chez un kinésithérapeute, il faut avoir une prescription médicale. Il est donc utile de se rendre au préalable chez son médecin traitant. Notons que la mutuelle rembourse dix-huit séances par an, profitez-en efficacement ! « Les douleurs engendrées par un mal de dos peuvent être très intenses, le patient peut se sentir extrêmement diminué dans son fonctionnement, constate Éric Brassinne, kinésithérapeute au Centre de réadaptation locomoteur de l’hôpital d’Érasme, à Bruxelles. Consulter va permettre d’évaluer la douleur, de guider la personne dans son évolution et de relativiser. Il ne faut pas nécessairement un suivi très long pour apaiser les maux de dos. »

Vers le haut

Le mal de dos peut avoir beaucoup d’origines différentes.

VRAI

C’est toujours difficile d’identifier de manière très précise le fondement de la douleur. La majorité des maux de dos sont d’origine musculo-squelettique. Il peut s’agir :

  • d’une lésion à un muscle, un tendon, un ligament. Un mal de dos peut naître d’une action exceptionnelle ou de l’accumulation de nombreux efforts.
  • d’une usure des disques entre les vertèbres.
  • d’une usure des articulations entre les vertèbres : une douleur dans l’une de ces structures squelettiques provoque très souvent une contracture musculaire dans la zone alentour, qui va elle-même engendrer une souffrance.
  • d’un nerf légèrement irrité. On parlera alors de sciatique ; les symptômes sont situés d’un seul côté du corps, de la fesse jusqu’au pied, parfois au bas du dos.

Pour ces différents cas, « il s’agit d’une douleur très mécanique quand le patient se met debout et/ou fait un mouvement, explique Eric Brassinne. La douleur apparaît quand il sollicite sa colonne vertébrale». Il existe également des maux de dos d’origine viscérale ou tumorale, mais ce sont des diagnostics beaucoup plus rares, avec des signes d’apparition différents. Les douleurs sont nocturnes ou n’ont pas de relation avec une stimulation mécanique.

 

C'est primordial de maintenir, tout au long de sa vie, une activité physique régulière.

 

 

Les solutions médicamenteuses sont efficaces.

VRAI

La prise d’un antidouleur, voire d’un anti-inflammatoire type Ibuprofène et/ou d’un produit à usage local (patch ou gel anti-inflammatoire) peuvent soulager efficacement la plupart des maux de dos. Cependant, même s’ils sont en vente libre, il ne faut jamais prendre ces médicaments plus d’une semaine d’affilée sans avis médical.

Vers le haut

La lombalgie touche essentiellement les personnes âgées.

VRAI

Les statistiques montrent que les lombalgies dites « chroniques » (entre trois à six mois) affectent surtout la tranche d’âge 40-55 ans. « Personne n’est à l’abri, il faire attention, constate le kinésithérapeute. Le conseil est de ne pas attendre que la douleur s’installe et s’aggrave. Plus on agit tôt, plus on trouvera des solutions facilement ». Les patients âgés sont, de plus, confrontés aux douleurs dorsales liées au vieillissement (voir encadré). Néanmoins, la lombalgie n’épargne ni l’adolescent ni l’enfant. Les parents peuvent prévenir les désalignements de la colonne vertébrale (scoliose) en faisant examiner régulièreme

 

 

Le sport est mauvais pour le dos.

FAUX

Au contraire, la sédentarité est un facteur de risque et même d’aggravation des maux de dos. Tout sport est bon à pratiquer et ce, pour au moins deux raisons. La première, c’est que vous allez entretenir la mobilité et la force de votre squelette. Le second argument est que vous allez garder cette capacité à utiliser votre musculature de manière la plus adéquate possible et que votre corps entier va continuer à bien fonctionner. C’est primordial de maintenir, tout au long de sa vie, une activité sportive régulière.

 

 

Le repos aggrave le mal de dos.

VRAI

« Absolument ! répond Eric Brassinne. Il y a une quinzaine d’années, une des recommandations était le repos strict au lit. L’idée était de mettre le patient en décharge, c’est-à-dire éviter que la gravité appuie sur sa colonne. Or, on s’est rendu compte que ce n’était pas efficace, voire contreproductif. » Désormais, la consigne est de faire les choses de la vie quotidienne, doucement, en adoptant de meilleures positions que le kiné peut indiquer.

 

 

On ne peut rien faire pour éviter le mal de dos.

FAUX

Comme souvent, une bonne hygiène de vie est essentielle pour prévenir les maux de dos. Il existe une panoplie de réflexes à acquérir qui permettent de mieux fonctionner (voir encadré). Il faut notamment se méfier des postures qui sont maintenues longtemps : mauvaise position assise face à son ordinateur, mauvaise position quand on exécute des tâches ménagères comme la vaisselle ou le repassage, etc. Une attention toute particulière est à porter à la taille des plans de travail (bureau, table, etc.) dans votre habitat ou sur votre lieu de travail : ils doivent arriver à hauteur des coudes fléchis, ni plus haut, ni plus bas.

 

 

Vers le haut

Conseils de prévention

  • Femme étirant son dos, les mains sur les lombaires
  • Étirez-vous régulièrement. Vous trouverez une série d’exercices de prévention sur www.undospourlavie. org. On ne vous demande pas d’y consacrer deux heures par jour : 10 à 15 minutes, quelques fois par semaine, font déjà la différence.
  • Planifiez des moments de détente, tout comme vous programmez vos rendez-vous professionnels. La relaxation aide à limiter le stress et les tensions, sources fréquentes des maux de dos. Prenez le temps de faire les choses et ménagez-vous.
  • Pensez à vos postures : pliez vos genoux en gardant un dos droit pour récupérer un objet au sol. Gainez votre dos quand vous devez porter des charges lourdes ou vous pencher en avant. Le « verrouillage » du dos passe par la contraction des muscles abdominaux et dorsaux de manière à rendre solidaires la colonne et le bassin.

 

 

Le mal de dos lié au vieillissement

  • L’arthrose est une usure des articulations, plus précisément des cartilages qui recouvrent les articulations des os. C’est un phénomène normal, quasi universel, mais pas toujours douloureux : certains seniors présentent de l’arthrose à la radio, mais ne se plaignent d’aucune gêne.
  • L’ostéoporose est une perte de la densité osseuse. L’os est un tissu qui se renouvelle en permanence. À un moment, il y a un déséquilibre entre la résorption de l’os et la formation de l’os, ce qui peut conduire à un tassement de vertèbres. Passé 50 ans, elle touche près d’une femme sur trois et un homme sur sept.

Vers le haut