Dossier santé

Grippe et personnes à risques : le vaccin, votre meilleure protection

Le 17 novembre 2021

Infection virale des voies respiratoires causée par les virus Influenza A et B, la grippe s’accompagne de fièvre, de douleurs musculaires et de fatigue importante. Ne confondez pas la grippe avec un rhume ou un refroidissement !

Épidémie de grippe en période de crise sanitaire :

Si la grippe peut avoir quelques similitudes avec la Covid-19 sur certains symptômes, elle est pourtant causée par des virus différents. De même, les risques de développer des formes graves de la maladie peuvent toucher des groupes vulnérables différents. Il est donc important de dissocier grippe et Covid-19 et de bien les reconnaitre pour mieux s'en protéger.

En cette période de crise sanitaire due au Coronavirus, toutes les autorités de santé s’accordent donc pour recommander la vaccination contre la grippe, ainsi que contre les pneumocoques, de tous les patients dits « à risques ».
En effet, sachant que la grippe entraîne chaque année l’hospitalisation de nombreux patients présentant des complications, une coïncidence d’un pic de COVID 19 avec celui de l’épidémie de grippe pourrait surcharger les hôpitaux.

Cette année encore, la vaccination  contre la grippe pour les patients "à risques" reste un geste de prévention essentiel.

Pourquoi un vaccin chaque année ?

On estime que 0,1% des malades de la grippe décèdent chaque année. Le vaccin contre
la grippe saisonnière constitue la protection la plus efficace.
Mais la protection du patient
diminue au fil des mois. Par ailleurs, le virus Influenza subit chaque année de légères mutations.
Il faut donc tous les ans créer un nouveau vaccin, à partir d’échantillons de virus provenant
du monde entier.

 

Le vaccin, pour qui en priorité ?

On entend fréquemment parler de "groupes à risques" dans le cadre d'une épidémie de grippe, mais qu'en est-il ? Il existe différents groupes de personnes pour qui le vaccin est recommandé et prioritaire :

  • Les personnes à risques de complication : les femmes enceintes, les patients de plus de 6 mois atteints de pathologie chronique d’origine pulmonaire, cardiaque, hépatique, rénale, métabolique, dont l’IMC > 35 (Indice de Masse Corporelle démontrant une obésité), neuromusculaire ou souffrant de troubles immunitaires. Comptons aussi dans cette catégorie les personnes de plus de 65 ans, les personnes séjournant en institution ou les enfants de 6 mois à 18 ans compris sous thérapie à l’aspirine au long cours.
  • Le personnel du secteur de la santé.
  • Les personnes vivant sous le même toit que les personnes à risques décrites ci-dessus ou avec un enfant de moins de 6 mois.

On peut aussi envisager de vacciner toutes les personnes de 50 à 64 ans compris, même si elles ne souffrent pas d’une pathologie décrite. En raison de leur âge ou d’un potentiel facteur de risque, le développement de complications en cas d’affection n’est pas à exclure.

Vous n’appartenez pas à ces groupes à risques ? Votre médecin évaluera si la vaccination est indiquée.

Quand faut-il se faire vacciner ?

La vaccination doit être effectuée, idéalement, entre mi-octobre et fin novembre. Le vaccin assure une protection 10 à 15 jours après l’injection, au moins jusqu’à l’hiver suivant.

 Vous désirez obtenir un vaccin contre la grippe ? Celui-ci est délivré en officine et sans prescription pour les patients qui le nécessite. L'injection sera quant à elle réalisée par votre médecin traitant. En cas de doute ou de question, n'hésitez pas à l'interpeller ou à vous adresser à votre pharmacien.

La grippe s’attrape plus facilement quand il fait froid. Une prévention peut donc être mise en place durant les mois d’automne et d’hiver.

Durant la saison de la grippe, presque toutes les personnes sont exposées au virus, mais seulement certaines attrapent la grippe. Cela dépend de la réponse immunitaire de chacun. Le système immunitaire peut être renforcé grâce à certaines mesures :

  • Avoir une alimentation saine.
  • Réduire sa consommation d’alcool, de sucre et de caféine.
  • Faire de l’exercice régulièrement.
  • Dormir suffisamment.
  • Réduire son niveau de stress.

Si la vaccination contre la grippe constitue le meilleur moyen de prévention, votre pharmacien dispose également de produits naturels et de médicaments pour renforcer votre immunité contre les refroidissements.
Ces produits naturels peuvent être utilisés en prévention pure ou pendant une affection pour diminuer sa sévérité et donc réduire l’intensité et la durée des symptômes.

BON À SAVOIR :
Personne n’est à l’abri ! Le vaccin ne protège pas contre les refroidissements.
Il est inefficace contre les virus qui provoquent rhumes, maux de gorge, toux...