Dossier santé

L'atopie, c'est quoi ?

Le 15 janvier 2021

Une peau atopique est une peau extrêmement sèche, irritée qui souffre de poussées d’eczéma avec des démangeaisons, localisées le plus souvent dans les plis de la peau, derrière les genoux ou dans le creux des coudes mais parfois aussi sur le visage.

C’est une peau qui est également intolérante à beaucoup de produits et qui est facilement allergique. Cela constitue un véritable problème de santé car même si cette affection n’est pas grave, avoir une peau aussi inconfortable altère grandement la qualité de la vie. En outre le grattage amène des problèmes tels que des suintements, la formation de cloques, de croûtes qui sont autant de voies d’entrée pour les bactéries et les mycoses. De plus, cette dermatite atopique (autre nom de l’atopie) est souvent associée à d’autres maladies telles que l’asthme et différents types d’allergies. En fait, la dermatite atopique correspond à une altération de la barrière cutanée naturelle, ce qui rend la peau beaucoup plus sensible à la déshydratation avec formation de petites fissures douloureuses.

Qui peut être atteint de dermatite atopique ?

Cette affection touche surtout les bébés, généralement autour de l’âge de 3 mois, mais parfois plus tôt et dans la majorité des cas, ces problèmes disparaissent vers 5 ou 6 ans. 1 enfant sur 10 est  touché.

Néanmoins, il existe des peaux à tendance atopique chez les adultes. Il s’agit de peaux très sensibles  avec des crises diffuses: plaques sèches, desquamation, eczéma ou urticaire. Dans ces cas, le stress est un facteur déclenchant important mais il n’est pas le seul. L’origine de la dermatite atopique est inconnue mais on constate la présence de terrain favorable dans certaines familles. L’origine génétique serait en cause dans plus ou moins 50% des cas.

Le traitement comporte deux aspects :

Soigner l'inflammation

En cas d’eczéma ou d’inflammation importante le médecin prescrira un traitement, le plus souvent composé de crèmes à base de corticoïdes pour apaiser les zones touchées pendant les crises. Si nécessaire, un traitement antimicrobien sera ajouté si des infections sont présentes. Chez l’adulte, si le stress s’avère être responsable des poussées, une approche psychologique peut-être utile pour mieux le gérer et réduire ainsi le problème.

Hydrater au quotidien

Les soins de la peau comportent 3 étapes:

  • nettoyer à l’aide de produits lavants «sans savons», non parfumés et sans conservateurs, à base de syndets ou à l’aide d’une huile lavante. Se sécher en se tapotant avec la serviette et éviter de frictionner.
  • Soigner en utilisant un lait hydratant et relipidant qui va empêcher la déshydratation et reconstituer les barrières naturelles de la peau. Idéalement, ce produit aura également une action anti-grattage et apaisante.En outre, il est indiqué d’utiliser des produits hypoallergéniques.
  • Apaiser les zones plus sèches avec un produit plus gras (en stick par exemple) à base de beurre de karité et de produits cicatrisants.

L'application de ces émollients est plus efficace si elle se fait sur peau encore humide, après le bain, par exemple. Il faut les utiliser en relais des dermocorticoïdes car ils sont mal tolérés sur une peau enflammée. Les quantités à appliquer doivent être importantes pour avoir un effet sur le traitement de fond de l'atopie. Adressez-vous à votre pharmacien pour être certains d'en avoir un usage optimalisé.

 

Comment lutter contre les démangeaisons ?

Trucs et astuces pour limiter les démangeaisons

  • éviter les vêtements serrés et  préférer les modèles amples,
  • choisir des matières douces et lisses: soie, coton, lin, viscose. Éviter la laine qui peut gratter
  • enlever les étiquettes et si il le faut, porter des sous vêtements confortables à l’envers pour éviter les frottements dus aux coutures,
  • éviter de trop chauffer les pièces où l’on se tient et la chambre à coucher car la chaleur augmente les démangeaisons.

 

Alternatives au grattage

  • tapoter ou effleurer la peau
  • se doucher avant le coucher,
  • refroidir la zone sensible avec un linge humide ou un cold pack
  • essayer de se changer les idées…

 

Améliorer l’environnement

Les ennemis qui peuvent aggraver le problème sont un air trop sec et trop chaud, certains aliments, la présence de poils d’animaux, de pollens, d’acariens…

Ainsi, on évitera au maximum les textiles d’ameublement dans les chambres d’enfants à peau atopique :

  • préférer le carrelage à la moquette,
  • retirer les animaux en peluche,
  • remplacer les tentures par des stores lavables,
  • recouvrir le matelas d’une housse anti-acariens...

Le tabagisme passif est également un facteur environnemental aggravant de cette pathologie de la peau.