Dossier santé

Comment lutter contre la chute des cheveux ?

Le 06 octobre 2020

La chute de cheveux chez les hommes comme chez les femmes peut être très gênante sur le plan esthétique. Les types de chute de cheveux et les causes peuvent être variées, mais il existe désormais de nombreux conseils et traitements anti-chutes pour retrouver une chevelure dense et en bonne santé.

La chevelure est culturellement associée à la jeunesse, la santé et la vitalité mais également au pouvoir de séduction. Qu’ils soient lisses ou crépus, blonds ou noirs, bouclés ou raides, une chevelure compte en moyenne entre 100 000 et 200 000 cheveux de longueur variable. Avec une croissance avoisinant un centimètre par mois, il peut y avoir une grande différence d’âge entre la racine du cheveu et sa pointe.

Une perte quotidienne naturelle

Chez les femmes comme chez les hommes, l’impression de « perdre ses cheveux » est une plainte courante. La perte de cheveux n’est pas anormale en soi : on perd naturellement 50 à 150 cheveux par jour. Certains traitements comme le fer à friser, les teintures, l’exposition au chlore ou au soleil ou encore un brossage trop énergique peuvent aussi être à l’origine d’une perte de cheveux un peu plus importante que d’habitude. Il existe aussi des cycles saisonniers qui rendent la perte de cheveux plus importante au printemps et à l'automne.

La calvitie ou alopécie androgénétique :

L'alopécie est un terme médical pour désigner une perte de cheveux. La calvitie, ou alopécie androgénétique, est la forme la plus courante. Elle touche surtout les hommes car elle est, en effet, influencée par les hormones sexuelles mâles, comme la testostérone. La testostérone accélère le cycle de vie des cheveux. Au fil du temps, ceux-ci deviennent de plus en plus fins et courts. Les follicules pileux rétrécissent, puis cessent d’être actifs.

Les femmes sont moins nombreuses à souffrir de calvitie. À l’âge de 30 ans, elle touche quand même de 2% à 5% des femmes, et près de 40% à l’âge de 70 ans. La calvitie féminine touche l’ensemble de la chevelure du haut du crâne devient de plus en plus clairsemée.

Les autres causes de la mauvaise santé du cheveux :

La mauvaise santé des cheveux peut également être le signe d’un dysfonctionnement de la glande thyroïde comme l’hypothyroïdie. L’hypothyroïdie se manifeste par une certaine fatigue, une frilosité, mais aussi souvent par une sécheresse de la peau et des cheveux, ainsi qu'une perte des poils (pubiens, axillaires, sourcil). Enfin, des maladies et le stress chronique, qui entrainent une sécrétion excessive de cortisol par les glandes surrénales, peuvent être associées à des soucis de cheveux.

La santé du cheveu est donc fortement liée à l’équilibre hormonal et votre médecin y sera attentif.

Les stress importants, sources de déséquilibres hormonaux, peuvent également occasionner une chute soudaine et temporaire de cheveux, par exemple à la suite d'un choc physique ou émotif, d’une grossesse, d’une opération chirurgicale, d’une perte de poids importante, d’une forte fièvre, ...

D’autres formes d’alopécie peuvent révéler un problème de santé (infections, inflammations, teigne, pelade auto-immune, …) ou être causées par la prise de médicaments dont la chimiothérapie du cancer, par exemple.

Les gestes et traitements à entreprendre :

Il est possible d’entreprendre des traitements afin de stimuler la repousse ou de limiter la chute. La greffe de cheveux peut même être envisagée dans certains cas.

Avant toute chose, il faut veiller à la bonne alimentation du cheveu !

L’alimentation joue un grand rôle dans la perte de nos cheveux. Pour les préserver, il est important d’avoir une alimentation équilibrée. Pour compenser une perte précoce ou ponctuelle des cheveux, il faut privilégier les aliments protéinés riches en acides aminés qu’on trouve dans la viande ou le poisson et ceux riches en vitamines B et PP.

Une mauvaise nutrition en cause ?

De plus en plus fréquentes même dans les pays développés, les carences nutritionnelles peuvent bien entendu avoir des répercussions sur la santé des cheveux. Des carences en fer mais aussi en acide folique, en zinc ou en acides aminés soufrés (méthionine et cystéine) peuvent exposer à la chute des cheveux.

Pour croître, les cheveux ont en effet besoin de protéines et de micro-nutriments et certains régimes trop stricts ou mal équilibrés peuvent entraîner des carences. Il est donc important de privilégier une alimentation saine et diversifiée et de prendre des compléments alimentaires spécialement formulés pour la santé des cheveux si l’alimentation n’est pas optimale et si une carence est suspectée.

La phytothérapie se développe depuis des années et il est désormais possible de trouver un traitement antichute de cheveux très efficace, à base de compléments alimentaires. La levure de bière est par exemple, un très bon produit antichute de cheveux. Elle renforce les cheveux grâce à ses apports en vitamines B et permet de stimuler la pousse en participant à la production de kératine.

Outre les compléments alimentaires, vous pouvez également trouver des ampoules ou des shampoings et lotions spécifiques à la chute de cheveux chez votre pharmacien.

Dans tous les cas, les résultats peuvent être un peu longs à obtenir car pour une efficacité optimale, il faut en moyenne un traitement de 3 mois, à suivre de manière assidue.

Les compléments alimentaires peuvent tout à fait compléter l’action de soins type shampoing antichute ou sérum antichute, ce qui vous permettra d’avoir de bons résultats rapidement !

N'hésitez pas à vous adresser à votre médecin ou votre pharmacien qui pourra vous guider vers le meilleur traitement à entreprendre.

Vers le haut